Accueil » Marketing

Evitez autant que possible les rejets de débit pour votre e-commerce

5 octobre 2009 1 commentaire

Même les e-commerçants les plus professionnels sont confrontés au problème des retours d’impayés. La clientèle d’un e-commerce étant aussi large que diversifiée, on pourrait un jour ou l’autre avoir des impayés. Cependant, il existe plusieurs techniques à appliquer pour réduire les rejets de débit.

Rassurer le client pour qu’il n’y ait pas d’impayés.
En premier lieu, la meilleure manière de baisser le taux des impayés est d’établir une collaboration avec une passerelle de paiement en ligne. Il faut choisir la passerelle la plus expérimentée dans le traitement des rejets de débit. Pouvoir contrôler à tous les niveaux les retours d’impayés épargne en effet les commerçants des retombés qui peuvent être très néfastes pour leur site marchand. En l’occurrence le blocage des transactions en ligne par Visa et MasterCard si jamais le site dépassait le taux de rejets mensuel permis.

Les commerçants doivent assurer un maximum de conversion possible chez les internautes et surtout, que ces derniers ne se désistent pas à la dernière minute. Pour ce faire, donnez le plus d’informations possibles sur tous les produits que vous proposez en ligne. Que la clientèle sache vraiment ce qu’elle va acheter, à l’aide d’images et de descriptions précises. En outre, vous devez fournir des coordonnées claires pour que les clients puissent contacter le service clientèle. Les clients veulent également s’assurer que si tel ou tel produit ne les satisfait pas, vous ayez une politique de remboursement rapide et efficace. Mettre ainsi en exergue la mention qui la définit sur votre site. Et enfin, le client doit avoir la possibilité de contrôler l’état de sa commande et connaître le temps exact de livraison. Il doit toujours être informé d’un éventuel retard.

Quelques précautions à prendre pour parer aux rejets de débit.

Les commerçants doivent toujours être disposés à intervenir directement quand un client n’est pas satisfait du service qu’on lui a fourni. La discussion entre fournisseurs et client doit toujours se faire avant que le client ne refuse de payer. Les commerçants doivent se sentir obligés de chercher des solutions de rechange afin que le client ne se désiste pas. Concernant la livraison des marchandises, s’assurer qu’elle arrive réellement à bon port. Par conséquent, suivez autant que possible les trafics de vos marchandises, en partant de votre magasin jusqu’au lieu de destination. Collaborez avec les transporteurs assurés contre les dommages causés par le déplacement (casse, dégradation…). L’assurance allègera vos responsabilités si jamais un rejet de débit se présente.

Il y a également des commandes qu’on peut qualifier de risquées. Ce sont surtout les commandes qui viennent des pays étrangers qui ont une infrastructure de communication peu sûre, ou une situation politique instable ou tout simplement des pays déjà classés zones à risques sur le e-commerce pour une raison ou une autre comme les pays d’Asie, d’Afrique, ou du Moyen Orient. Un dernier point très important : contrez les fraudes. La toile étant assez démocratisée, il faut toujours considérer que vous pouvez être victime d’escroquerie. Tout d’abord, détectez les commandes suspectes. Souvent, les commandes qui ont été passées en France mais qui fournissent une adresse de livraison à l’extérieur sont frauduleuses. Dès qu’il y a un doute, s’informer en contactant directement le client par téléphone ou e-mail pour pouvoir annuler la commande si jamais la crainte est justifiée. Envoyez ensuite un message avertissant le client de l’acte frauduleux qu’il aurait essayé d’accomplir. Afin de renforcer encore ses armes contre les transactions frauduleuses, travaillez seulement avec les passerelles de paiement qui ont une certification PCI DSS niveau 1, possédant les dernières technologies leur permettant de lutter efficacement contre la fraude.

Sylvain

Tombé dans le développement depuis l'âge de 10 ans, je m'intéresse rapidement au ecommerce et crée la solution Myeshop en 2007. Web addict, j'essaie de vulgariser notre métier en partageant mes expériences clients et personnelles avec vous sur ce blog

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Un commentaire »

  • SECUVAD a dit:

    Est ce le coeur de métier d’un cyber-commerçant que d’essayer d’interpréter une commande ?
    Pas vraiment.
    D’autant plus que la fraude en ligne n’est pas forcément le fait de pirates russes ou de fraudeurs nigériens… Les oppositions abusives sont également courantes et le nombre de « colis perdus » augmente de façon assez surprenante au moment des fêtes…
    SECUVAD est la seule société à traiter la fraude en ligne au sens large, en France et à l’international.

    Par ailleurs, détecter la fraude c’est bien mais la traiter c’est mieux.
    Car que risque un fraudeur aujourd’hui ?
    De ne pas se faire livrer
    Et c’est un « risque » qu’il est prêt à prendre.
    SECUVAD lance systématiquement des procédures judiciaires à l’encontre des fraudeurs et travaille en étroite collaboration avec les services de l’Autorité Judiciaire pour lutter contre la fraude.

    Restant à la disposition de tout cyber commerçant souhaitant récupérer ses impayés, se développer à l’international et sécuriser son CA sans subir une attrition commerciale de 30 % 😉

    Bien cordialement

    Xavier BOUTEILLER
    Directeur Commercial

    SECUVAD
    107 avenue Georges Clemenceau
    92022 NANTERRE Cedex
    Service commercial : 09 81 67 06 18
    Service technique : 04 67 13 01 57
    Service juridique : 0825 560 855
    Service recouvrement : 0892 567 666

    http://www.secuvad.com
    La fraude à la carte
    Détection / Prévention / Répression / Recouvrement

Laissez un commentaire

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou créez un rétrolien depuis votre site. Vous pouvez également souscrire à ces commentaires par RSS.

Merci de vous conformer à la netetiquette.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>